Le Presse Pub

Plus court le JT sur France 2

Hervé Brusini, Redacteur en chef du JT de France 2

Hervé Brusini, redacteur en chef du JT de France 2

Pour Hervé Brusini, rédacteur en chef du journal télévisé de France 2, la suppression de la publicité sur la chaîne n’a eu qu’un seul effet : une organisation différente des horaires.

Hervé Brusini a répondu aux questions de Sunaina Karkarey et Nina Drewes.

Problèmes avec le player exportable? Cliquez ici: Hervé Brusini
Photo de Nina Drewes
Publicités

février 23, 2009 Posted by | La réforme de l'audiovisuel public? | , , , , , , , | Commentaires fermés sur Plus court le JT sur France 2

Plus court et plus risqué pour les fictions de France 2

harold_valentinHarold Valentin est conseiller des programmes fiction de France 2. Il choisit les fictions pour les téléspectateurs. Presque deux mois ont passé depuis la suppression de la publicité sur les chaînes du service public après 20h. Interview.

Le choix des programmes a-t-il changé ?

Pas du tout, pour l’instant on s’est contentés d’avancer les horaires des émissions du soir. En ce qui concerne mon domaine, la fiction, tout est décidé deux ans à l’avance. C’est d’ailleurs le type de programme qui sera le moins touché par la suppression de la publicité. Par contre, depuis qu’il n’y a plus de publicité le soir, la ligne éditoriale est renforcée. En fiction spécifiquement, la chaîne réfléchit à des projets plus fédérateurs, dans la même veine que la Cour des Grands, dont la deuxième saison sera diffusée à partir de mercredi 25 février. France 2 s’engage également dans des projets plus risqués comme Fais pas ci, Fais pas ça, une fiction co-produite par la chaîne. A terme, l’objectif annoncé est d’arriver à 20% du chiffre d’affaire en fictions. Le nombre de documentaires risque donc de baisser.

Qu’en est-il de l’audience ?

Le documentaire le soir de la suppression avait fait un bon score, avec 21% d’audience, les soirées marchent bien en général depuis. Mais la suppression de la pub n’a pas changé grand chose sur les prime-time dans l’équilibre entre les chaînes généralistes. On gagne en volume en deuxième partie de soirée, sauf quand il y a un long prime-time sur TF1. Cette situation nous empêche de récupèrer les téléspectateurs de TF1. Quand leur prime se termine, notre émission est déjà trop avancée.

Comment voyez-vous l’avenir et la suppression totale de la publicité sur le service public ?

Le problème de fond, c’est plutôt l’évolution de la consommation des contenus. Avec la génération zapping/internet, nous développons de plus en plus des séries de 26 minutes au lieu de 42 minutes. Le vrai enjeu c’est de savoir comment les habitudes de consommation vont évoluer. La manière de faire les programmes va changer, et pour l’instant il n’y a pas de modèle précis de développement. Tout est à inventer.

Propos recueillis par Antoinette Jeanson

 

février 23, 2009 Posted by | La réforme de l'audiovisuel public? | , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire