Le Presse Pub

Noël Mamère: la mort annoncée de la télé publique

charlotte1

Député de Gironde et maire de Bègles vient de publier « Petits arrangements entre amis ». L’ancien journaliste souhaitait la suppression de la publicité dans le service public audiovisuel. Mais pas comme ça. Aujourd’hui, Noël Mamère s’inquiète de l’avenir du service public dépendant des politiques et des contingences économiques. Il redoute à long terme la disparation de France 3. Interview.

Est-ce que la suppression de la télévision a changé vos habitudes ?

Noël Mamère – Je regarde France 2 et Arte lorsque leurs programmes sont intéressants. Le problème n’est pas de savoir si mes soirées vont changer. Ce qui est important  ce sont les conditions dans les quelles cette suppression a été mise en place. La manière dont le président s’y est pris.

C’est-à-dire ?

NM – C’est une manière de mettre à mort le service public. La suppression de la publicité aurait dû s’accompagner d’une augmentation de la redevance. En France, elle n’est que de 116 euros lorsqu’elle est de 196,5 euros en Angleterre et  de 200 euros en Allemagne. Je proposais d’ailleurs une augmentation progressive de cette taxe sur 5 ans.

Comment voyez-vous le futur pour France Télévision ?

NM- Je le vois mal, le service public sera fragilisé. Il dépend du politique de l’économique. Il sera sous dépendance éditoriale en raison de la nomination du président de France Télévision. Il n’y aura pas de censure véritable, mais une auto-censure des journalistes. Le budget sera soumis aux députés et aux sénateurs. Il contribuera au déficit de la France. Le service public ne doit pas être dépendant ou s’aligner avec les gens qui vous expliquent qu’ils vendent des parts de cerveaux disponibles aux publicitaires. Le président n’a fait que servir ses amis. Si le service public ne marche pas bien, de bons esprits proposeront la vente « par appartement » du service public. France 3 pourrait être vendue. C’est la chaine la plus menacée, la plus facile à vendre à la presse régionale.

Par Charlotte Lazimi et Antoinette Jeanson

Blog de Nöel Mamère.

Site des Verts.

Photo : Noël Mamère par © François Lafite

février 23, 2009 Posted by | La réforme de l'audiovisuel public?, Pub & Crise | , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Les Français à l’heure de France Télévisions

heure-pblv1

On s’attendait à une véritable révolution. Avec la suppression de la pub sur France Télévisions, le JT de France 2 ne dure plus que 30 minutes, le prime-time est avancé à 20h35: rien ne serait jamais plus comme avant. «  Mettez vous à l’heure de France Télévisions »  rappelaient les chaînes avant le jour J aux téléspectateurs, qui s’apprêtaient à voir leurs soirées bouleversées. Près de deux mois plus tard, quel est l’impact de la réforme sur les habitudes des Français devant leurs postes ?

Tous à la même horloge

Première cause d’inquiétude dans le monde du petit écran : l’évolution des courbes d’audiences. « Le danger était qu’il allait exister un décalage entre les nouveaux horaires des programmes des chaînes publiques et ceux des chaînes privées », explique Isabelle Le Roy, directrice du département Médias et Nouvelles Tendances de l’institut de sondage CSA. Avec un prime time à 20h35, le service public dispose de 10 à 15 minutes d’avance sur ses concurrents des chaînes privées. Autant de temps en plus pour convaincre le téléspectateur de ne pas zapper… et faire perdre de l’audience aux chaînes privées. Mais celles-ci n’ont pas tardé à réagir, en s’ajustant peu à peu sur la nouvelle horloge. M6 et Arte ont avancé le démarrage de leurs programmes à 20h45. Le JT de TF1 commence même trois minutes plus tôt, devenant le journal de 19h57. Trois minutes qui balayent d’un revers de main le symbolisme de la grand-messe du 20h00. Le but : réduire l’écart d’horaire tant redouté.

20h35

Le prime-time à 20h35 sur France Télévisions n’a pas provoqué le bouleversement attendu. Mais les téléspectateurs se sont-ils adaptés au nouvel horaire ? 20h50 était un repère bien ancré dans les soirées des Français. 20h35 pourrait priver les familles nombreuses du temps nécessaire pour dîner et coucher les enfants…mais aussi permettre aux couche-tôt de regarder un programme en deuxième partie de soirée et gagner du temps de sommeil. Ces 15 ou 20 minutes pouvaient donc faire toute la différence. Mais le changement n’a pas dérouté le public. 78% des Français considèrent le nouvel horaire comme une bonne chose, selon un sondage CSA/Le Parisien/Aujourd’hui en France publié le 11 janvier 2009. Un sondage aux résultats encourageants, supérieurs à celui réalisé en décembre alors que le projet de réforme de l’audiovisuel public faisait encore débat à l’Assemblée : 70% des Français se montraient favorables au changement d’horaire le 14 décembre 2008.

Trop tôt pour juger

Ce premier bilan démontre une adaptation plutôt rapide du public. Isabelle Le Roy rappelle qu’il est toutefois trop tôt pour juger de la véritable évolution de leurs habitudes. « Tout le monde se disait que ça allait changer les choses du jour au lendemain, mais ce n’est pas le cas. Il va falloir attendre six mois, voire un an, pour pouvoir observer ce qui a vraiment changé ». Ce sera sur la durée et sur une population segmentée qu’on observera donc les évolutions de fond. Le nouvel horaire pourrait par exemple être plus adapté à la province où l’on dine plus tôt qu’à Paris.

Comment les Français se mettent-ils à l’heure de France Télévisions ? Immersion dans une famille du 13e arrondissement de Paris. Vidéo.

Plus Belle La Vie

Cette famille fait partie des 5 millions de Français adeptes de Plus Belle La Vie, grande réussite du service public en termes d’audience. Avec le changement d’horaire, la série démarre dix minutes plus tôt, à 20h10. Mais Plus Belle la Vie a négocié le cap : dès la deuxième soirée au nouvel horaire, la série  réunissait 6,12 millions de téléspectateurs. Pour un programme avec un tel succès, ces dix minutes bouleversent les courbes d’audience des autres chaînes. Isabelle Le Roy : « Avant on voyait nettement qu’à 20h20 les gens arrêtaient de regarder le JT et passaient sur la 3 pour regarder « Plus Belle La Vie » Ce transfert d’audience aujourd’hui est moins net à 20h10. » Le transfert est peut-être moins net mais la série-phare de France 3 empiète sur les JT de dix minutes supplémentaires. « France 3 a créé là un vrai porte-avions pour concurrencer les chaines privées »

Par Flora Genoux et Annabelle Laurent

février 22, 2009 Posted by | La réforme de l'audiovisuel public? | , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire